Brunch dominical # 8 : les astuces d’un brunch réussi !

1493216786_1702701479

Aujourd’hui je ne vous propose pas véritablement de recette, mais plutôt des conseils ou des préceptes pour organiser un brunch mémorable. A la fin vous trouverez la composition de mon dernier brunch maison en date !

Vous avez pu constater au fil du temps que j’apprécie beaucoup d‘aller bruncher, mais j’aime aussi préparer des brunchs chez moi. Quand je suis seule, je me limite à une boisson, un plat et un dessert, mais lorsque j’invite des amis, cela se transforme en mini orgie. J’ai une amie qui est d’ailleurs très forte à ce jeu. Le moindre repas chez elle se transforme en un festin gargantuesque. C’est un véritable supplice surtout si vous êtes très gourmand et que chaque chose posée sur la table vous fait envie !


Les petits conseils de la rédactrice

brunch-entre-ami-le-dimanche

La composition

Il n’y a pas de règles véritables pour préparer un brunch. L’important pour le réussir est de suivre vos envies et de proposer un peu de tout pour que chacun puisse y trouver son compte. En général, j’essaye tout de même de suivre quelques principes :

  • proposer une boisson chaude (thé, café ou chocolat chaud)
  • proposer une boisson froide (smoothie, thé glacé, frappucino … )
  • une partie petit déjeuner (viennoiserie, pain , brioche, confiture, miel…)
  • une partie sucrée (mini tartelette, verrines, salade de fruits…)
  • une partie salée (oeufs sous toutes leurs formes, cakes, bouchées, dip…)

Si vous manquez d’inspiration, vous pouvez choisir un thème et de broder autour tant sur la décoration que sur les aliments proposés. Revisitez les clichés et les classiques. Partez de ce que vous inspire un pays et déclinez autour. Le chili con carne vous inspire ? Pourquoi ne pas l’incorporez dans des mini tourte pour faciliter le service ? Voici quelques idées pour vous aider :

  • Angleterre : scones, club sandwich, sponge cake, kidney pie, granola …
  • USA : mini hot dog aux saucisses cocktail, cookie, milkshake, brownie, apple pie …
  • Tex-Mex :  guacamole, oeuf ranchevos, quesadillas, Sangria…
  • Pays Nordique : kanelbullar, saumon fumé, tarama, pain suédois, pain noir …
  • Montagne : plateau de fromage, aligot, financier myrtille, lait chaud à la cannelle …
  • Asie : rouleau de printemps, brioche vapeur, brochette yakitori, perle coco, thé jasmin, cocktail au litchi…

L’art de l’équilibre

Il faut veiller à équilibrer votre brunch. Pas au sens nutritionnel mais plus dans l’optique de plaire à chacun et que le repas ne semble pas ennuyeux à nos papilles. Ne pas faire que des plats à base de fromages, ou uniquement à base de légumes… Il faut aussi jouer sur les textures. Essayez d’avoir un peu de croquant (samossas, beignet de mozzarella, crumble…), un peu plus de mou (fougasse, flan…) etc… Idem avec les sensations : du frais/léger (tzatziki, salade de fruits, assaisonnement à la menthe) et du lourd/chaud (une fougasse au fromage, au cheesecake, assaisonnement épicé). Pensez au plat que vous souhaitez servir. Réfléchissez ensuite à ses caractéristiques et déterminez son contraire. A partir de là, mitonnez un plat qui colle à cette image opposée. Exemple avec la tartiflette : c’est lourd, fromagé, plutôt mou, gras, copieux, bourratif. A l’opposé je visualise un plat léger, frais, bien parfumé qui va m’aider à la faire passer. Une salade de concombre à la menthe  (frais, aqueux, léger) ou alors des bricks de sardines au citron (fraîcheur et croquant).

Autant il est nécessaire d’avoir des plats propres à chaque personne que je trouve intéressant d’avoir des plats communs où chacun pioche. C’est le principe de la fondue. En dehors du fait de pouvoir donner des gages et d’animer le repas si quelqu’un fait tomber quelque chose dans le plat commun, cela véhicule un côté convivial et bonne franquette. A priori, vous n’invitez que des gens que vous appréciez pour ce genre d’occasions, vous en êtes suffisamment proches pour ne pas redouter des questions d’hygiène ou vous sentir mal à l’aise. Alors c’est le moment d’en profiter et de lever les barrières de la bienséance pour proposer un cadre plus interactifs. D’où l’intérêt de faire des dips : tzatziki, tarama, sauce tomate, tartinade, rillettes, guacamole …. Selon moi, il faut en proposer au moins deux par brunch. Un seul ne laisserait pas le choix.

Les quantités

Adaptez les proportions. Ne faites que des formats miniatures ou alors des plats qui se divisent facilement. Par exemple, un cake se coupera aisément en tranches fines. Cela permet à vos convives de goûter à un peu de tout, ou de ne pas se sentir obligé d’avoir à ingurgiter une part énorme si jamais ils n’aiment finalement pas ce qu’ils ont pris et de convenir aux petits appétit aussi bien qu’aux affamés qui pourront se resservir. Il existe beaucoup de formes qui se prête au format individuel : les feuilles de bricks (samossas, cigares …) les pâtes (tourtes, quiches …) certains gâteaux (cake, gâteaux au yaourt, muffin, cupcake, éclairs), les mousses (salée ou sucrée à mettre en verrines)… Dans les autres choses faciles à partager on peut penser aux frites (de pommes de terres, de légumes) mais aussi aux chips !

Une astuce un peu tordue si vous savez que vous fréquentez des gens qui ont du mal à s’arrêter de manger tant qu’il en reste (le travers de l’éducation où il faut finir son assiette et ne pas laisser de restes) est de ne pas tout mettre sur la table. Vous pouvez éventuellement réapprovisionner si ont vous réclame le plat manquant à corps et à cri. Ca peut paraître mesquin ou radin, mais le but n’est pas d’engraisser vos convives. La plupart du temps, les gens se forcent à finir alors qu’ils n’ont déjà plus faim.

L’organisation

L’important pour un brunch sans prise de tête, c’est de miser sur le maximum de choses qui puissent se préparer à l’avance (salade, verrine, sans chantilly, cake etc…) et d’avoir uniquement un plat ou deux qui se servent chaud (les oeufs, du bacon, voire un petit mijoté en hiver). N’hésitez pas à faire des recettes « fond de tiroir, placard, frigo » etc… Recomposez vos restes entre eux ou dans des recettes pour leur donner une deuxième vie et les rendre plus attrayants.

N’hésitez pas à tout mettre d’un coup sur votre table. Le rendu sera beaucoup plus spectaculaire pour vos invités! D’une part, ils resteront bouche bée devant une telle profusion et d’autre part, cela leur permettra d’organiser leur dégustation dans leur ordre de prédilection. Je me souviens avoir été assez frustrée au cours d’un brunch à Strasbourg de ne pas avoir pu commencer par du sucré. Vous allez pouvoir briser les conventions encore plus ! Attaquer votre dessert avant le plat de résistance. Ou encore bouder ostensiblement les horribles oeufs mimosa qu’on vous a toujours forcé à manger en entrée le dimanche quand vous étiez petits alors que vous les détestiez ! En plus, en voyant directement l’intégralité des plats proposés, il est plus facile pour certain de doser leur appétit et de planifier leur repas. Par exemple, sur notre dernier brunch, j’avais laissé le cheesecake au réfrigérateur et nous l’avions tous oublié. Moralité, nous n’avions pas gardé de place dans notre estomac pour l’honorer dignement ! Contrepartie certaine : le repas sera moins rythmé que lors d’une occasion plus traditionnelle avec l’arrivée des entrées, du plat et du dessert.

Proposez de manger dans des assiettes à dessert pour limiter l’encombrement sur la table et conférer un petit côté « dînette » à votre repas. Cela accentuera le côté convivial et permettra aux gens de plus se concentrer sur ce qu’ils mangent, plutôt que de se faire une assiette gigantesque et de tout enfourner sans y réfléchir.

Je vous ai énoncé mes préférences. A l’inverse vous pouvez choisir de servir le brunch dans une immense assiette remplie pour chacun, comme chez Plume. Vous évitez ainsi tout débordement ou gachis. Mais d’une certaine manière vous obligez aussi les personnes à manger tout ce que vous leur avez servi qu’ils aiment ou non, qu’ils aient encore faim ou non.


Exemple de brunch

WP_20170730_12_40_47_Pro

Pour ce brunch, nous (c’était le fruit d’une collaboration intense et très créative) avons veillé à proposer un brunch léger et printanier en adéquation avec la météo plutôt chaude. Voici sa composition :

Comme vous pouvez le constater on retrouve :

  • du frais/léger (tzatziki, melon, salade de fève) et du lourd (cheesecake),
  • du croustillant/croquant (cigare, tortilla) et du mou/crémeux (cheesecake, fromage),
  • du doux/conventionnel (tzatziki, melon, cigare au chèvre) et du fort/épicé/typé en goût (sauce patatas bravas, bleu d’Auvergne, tortilla au sarrasin).

Nous avons aussi travaillé sur l’équilibre entre les plats très rassasiants (le cheesecake, les croissants, le kouglof) et le reste. Pas de baguette de pain supplémentaire par exemple. Les 3 petites tranches de pain au noix étaient suffisantes pour déguster le Bleu d’Auvergne. Au final, c’était un brunch très varié, léger en apparence, mais qui ne nous a pas laissé sur notre faim !

Sur le plan de l’organisation, nous avons préparé la veille : la sauce bravas, le tzatziki, le cheesecake, la salade de fèves, les tortillas au sarrasin et le thé glacé. Le dimanche matin, nous avons seulement préparé les billes de melon, coupé le fromage et préparé les cigares au chèvre. Un petit tour à la boulangerie pour les croissants et le kouglof et le tour été joué !

DSCN8231 IMG_20170730_123230

5 Comments

  1. ISCA

    19 août 2017 at 9 h 31

    Très jolie table, le contenu est vraiment alléchant. Merci pour les conseils, très bonne idée !

    1. Christelle

      5 septembre 2017 at 9 h 58

      Merci beaucoup ! et encore c’est un rendu avec les moyens du bord !

  2. Not parisienne

    14 août 2017 at 16 h 49

    J’adore le brunch et je m’éclate à en organiser le plus souvent que possible! Moi aussi je suis à peu près la même règle que toi sur la répartition des choses, la seule différence c’est que sur le sucré je sépare un élément sucré « frais » (salade de fruits, compote, fromage blanc avec muesli) et un élément sucré « patissier » (muffins, cheesecake, scones). Je mets aussi toujours du pain et mon stock de confitures et tartinables, puisque ça ne fait pas de travail 🙂 J’adore ton dernier brunch en date en tout cas, il met l’eau à la bouche!

    1. Christelle

      4 septembre 2017 at 10 h 24

      hihih ! on devrait se faire un brunch à 2 voire à 3 avec ma pote Marie. On se mettrait au delà du BIEN !
      C’est une bonne idée le combo sucré-frais et sucré-pâtissier ! Le pain et les tartinables aussi s’invitent souvent à ma table. Mais si j’en met trop, j’ai tendance à ne manger que ça. Mine de rien j’adore beaucoup trop le sucre et le petit déjeuner ^^

  3. latabledeclara

    13 août 2017 at 18 h 58

    J’adore ton article
    Bravo
    Bisous

Leave a Reply