Menu de Noël 2018

Ho, ho, ho, bonjour à tous !

Comme tous les ans, je viens partager avec vous mon menu de Noël et les décorations de la maison !

Nous avons accueilli pour l’occasion un joli épicéa ventru et bien touffu. Cela sent si bon dans le salon! Certes ses aiguilles tombent mais vu qu’il ne fait pas excessivement chaud, il devrait bien tenir. Comme vous pouvez le constater, la maison est en continuelle évolution. Rentrer chez moi, c’est comme jouer au jeu labyrinthe dans la vie réelle ! 🙂 La maison est tellement colorée qu’on a jugé un peu superflu de la décorer autant que les années précédentes.

Cette année, c’est repas entre adultes et presqu’adulte pour un total d’uniquement 5 personnes. J’ai le bonheur de reprendre du service en cuisine et ce malgré les tentatives de ma mère pour reprendre le repas du réveillon !  Bon… elle a quand même réussi à imposer des cassolettes aux Saint Jacques dans mon menu en plus de vouloir incruster un plateau de fromages.

Je ne vous raconte pas ma frustration à l’idée d’être obligée de revoir mon menu parce que je ne trouve pas certain ingrédient en Normandie. En prévision, je suis partie avec du jus de yuzu et une conserve d’airelles. Mais pas de salicorne … Car le marais à côté de chez nous en regorge l’été. J’étais convaincue qu’il serait assez facile d’en trouver dans nos supermarchés. Après tout, j’en ai vu à Bordeaux et même à Bruxelles. Et bien non … Résultat ce sera de la mâche …

Je n’étais pas très inspirée pour le foie gras cette année. J’ai déjà réalisé de nombreuses terrines : aux pruneaux, aux cêpes, à la vanille et cacao, aux poires  ou encore au miel et épices…. Heureusement que je suis allée au bistro Glouton avec mon homme! J’ai été totalement séduite par leur assiette, qui bouscule un peu mes conventions de présentation et d’association du foie gras. Toutefois, impossible aussi de trouver du foie gras de canard cru ! Nous avons été obligée de prendre un bloc déjà cuit, que j’ai savamment tassé dans une terrine,ni vu, ni connu. Du coup, l’étape la plus compliquée de mon menu s’est réduite à 45 min d’attente à côté du chauffage que le foie gras soit suffisamment malléable !

J’ai également revu mon dessert pour la bonne cause. Noël est sous le signe de la mixité religieuse chez nous, donc exit le sanglier à table et les plats parfumés de lardons et aussi pas de gélatine dans le dessert. J’ai donc renoncé à mon idée originale d’entremet façon nougat glacé avec une dacquoise amande et un superbe glaçage miroir rouge. Un nougat glacé traditionnel est nettement plus indiqué !

Mises en Bouche
Merci Picard et le surgelé !

Entrée n°1
Huîtres au sabayon yuzu
Salade de salicornes à l’asiatique

Entrée n°2
Foie gras et sa déclinaison de carottes
Petit pain moelleux à l’anis

Plat principal
Magret de canard sauce aux airelles et orange
Rose de pommes de terre

Dessert
Nougat glacé

J’ai pu préparer de nombreuses choses à l’avance: la sauce aux airelles, la purée de carotte pour le foie gras, le coulis de fruits rouges pour le nougat glacé etc… Au dernier moment, il ne restera que des étapes assez rapides : préparer e sabayon, cuire le magret. Le timing parfait pour laisser le temps aux convives de digérer un tout petit peu entre chaque plat avant d’enchainer avec la suite.

A côté de cela, j’ai préparé de nombreuses fournées de brioches pour faire plaisir à ma mère. Elle a un faible pour cette recette inratable, qui me suit dans toutes mes expériences briochées. J’expliquais lors de mon interview pour l’article MENU DE FÊTES À 10 MAINS AVEC LES BLOGUEUSES BORDELAISES paru sur le site Un Air de Bordeaux, que c’était ma recette fétiche et bien en voilà la preuve !

Avant de vous laisser profiter des fêtes, je vous présente la commande spéciale de ma frangine pour l’anniversaire d’un de mes filleuls. Un choixpeau magique d’une trentaine de centimètres de haut, clin d’oeil à la saga Harry Potter que mon neveu vient de finir de lire. J’ai beaucoup aimé jouer avec le chocolat plastique (je m’en faisais tout un monde). C’était beaucoup plus satisfaisant que la pâte à sucre. Et puis, il faut dire que je ne me suis pas beaucoup foulée en dessous : un quatre-quarts du commerce, de la pâte à tartiner au caramel et brisures de gavotte pour une touche crunchy qui atténue la sécheresse du cake. Un combo tout simple vanille – chocolat – caramel qui plaira à coup sûr !

3 Comments

  1. Viviane

    15 janvier 2019 at 16 h 59

    Et bien voilà un menu plus que parfait… j’aurais eu plaisir à m’attabler avec tes convives !!!
    Bonne fin de journée. Bizh
    PS : J’aime bien la déco ,-)

    1. Christelle

      18 janvier 2019 at 14 h 45

      Merci 😀 je transmettrai à ma maman ^^

  2. latabledeclara

    24 décembre 2018 at 14 h 28

    Merci pour ce joli témoignage
    Bon Noël
    Bisous

Leave a Reply