Au nouveau monde : l’unique micro-brasserie québecoise !

DSCN9517

Ce weekend, j’ai été invitée à la découverte d’une micro-brasserie québécoise perdue dans les petites rues du vieux Bordeaux. Ne vous attendez pas à une devanture criarde à base de bûcheron baraqué ou de caribou, seule une petite enseigne très discrète signale la présence de cet établissement.

Cet endroit est le fruit de la passion d’Etienne Charest, expatrié nord-américain, qui a longtemps vécut en Europe et a fini par tomber amoureux du Vieux Continent. Il a monté ici sa propre micro-brasserie ou Broue-Pub en Décembre 2015. Le mouvement Craft (craft beer = bière artisanale) est très récent (années 80) et gagne beaucoup en popularité au Canada. De plus en plus de personnes se mettent à brasser chez eux leurs propres crus. Cela permet d’obtenir des saveurs totalement inédites qui sortent des sentiers battus ! Un exemple vraiment hors du commun est la Perle Noire : une stout à l’huître du bassin !

Etienne nous a d’abord présenté les ingrédients principaux de la bière. A savoir, le malt (d’orge la plupart du temps) et le houblon qui vient apporter l’amertume qui permet de contrebalancer le sucré de la fermentation. J’ai croqué des grains de malt. Ils avaient des torréfactions et un croquant différents. J’ai particulièrement apprécié le Biscuit ainsi que le spécial B. On pourrait presque les déguster à l’apéro !

Ensuite direction la cave pour découvrir les différentes étapes de la fabrication :

  1. Saccharification : le malt est mélangé à l’eau dans de grandes cuves. Son amidon va être transformé en sucres sous l’action des enzymes, qui vont ainsi influencer le goût de la bière. En effet, selon leur température de travail (max 78°C) elles vont couper les chaînes de sucres de manières différentes et conduire ainsi à des saveurs variées.
  2. Aromatisation : ce mélange est ensuite bouilli avec le houblon pendant 1h à 1h30
  3. Fermentation : le mélange est refroidi dans une cuve en inox avant d’être redirigé vers les fermenteurs où il passera entre 7 à 10 jours. On ajoute des levures pour produire de l’alcool. La température ne doit alors pas dépasser les 38°C.
  4. Conditionnement : la bière est alors filtrée avant d’être mise en fûts
  5. Vieillissement : ultime étape, la bière peut être vieillie telle un bon vin. La durée de cette étape varie en fonction de son titre en alcool. Plus la bière sera forte, plus elle pourra vieillir longtemps. Une bière à 6-7% supporte facilement 2 ans de vieillissement, tandis que les titrages les plus forts peuvent aller jusqu’à 7 ans !

Le procédé dans sa totalité occupe notre brasseur 1 bon mois ! Et encore, il juge sa bière un peu trop « jeune ». Souvent, les matières pour aromatiser la bière sont ajoutées au moment du passage en cuve d’ébullition. C’est le cas pour la fabrication de la Perle Noire. Les coquilles d’huître broyées sont mise à bouillir avec le houblon pour donner un moût aux accents minéraux renforcés.

Une fois revenus à la surface, nous avons pu passer à la meilleure étape de toute : la dégustation des crus accompagnés de quelques monuments de la gastronomie canadienne ! J’appréhendais beaucoup cette partie. Je n’aime ni l’alcool, ni le gazeux. Un peu problématique quand on s’apprête à boire de la bière non? Mais paradoxalement j’adore le goût de la bière… Bref, j’avais peur de ne pas être capable d’apprécier les trésors qu’on allait me présenter…

Première mise en bouche : la Forge Blonde. Une ale que j’ai trouvé particulièrement douce à la fois au goût et en terme de pétillant. Plutôt fruitée avec une finale sèche. Avec, nous avons eu le droit à de la poutine traditionnelle (frites, sauce brune au bouillon de boeuf et tomme de vache à défaut de fromage en grains). Délicieuse! A se taper le cul par terre ! J’aurais bien voulu tenter la montagnarde (avec crème et lardon en plus !).

Ensuite, ce fut le tour de la Be Hoppy. Une IPA (Indian Pale Ale), c’est à dire, une bière très houblonnée, que j’ai trouvé assez amère et avec laquelle j’ai très moyennement accroché. Celle-ci était plutôt fruitée avec des notes de pamplemousse. Avec elle nous avons savouré un mijoté de veau à la bière. La viande était tendre et savoureuse. La sauce bien sirupeuse et agréablement équilibrée.

Enfin, celle que j’attendais tant, la Perle Noire, cette stout à l’huître, vestige des traditions des dockers irlandais. J’ai vraiment aimé cette dernière. Elle est douce au goût. Pour moi elle avait une légère odeur iodé ainsi que la couleur et un peu le goût de la sauce soja ! Normalement, elle possède également des saveurs de mocha, café et chocolat. Elle fut servi avec un carrot cake particulièrement moelleux et pas trop sucré. Sans glaçage en plus !

J’aime l’endroit. Il est douillet par certains aspects. Il y a notamment une petite niche dans le fond de la brasserie, idéale pour se retrouver entre amis. Et puis un petit coin salon avec de confortables banquettes en cuir. Mais j’aime ce côté rustique avec les briques apparentes, l’enduit crème, le câblage absolument pas caché. Cela fait usine. Les tabourets en bois avec les tables hautes contribue à la sensation « pub », « brasserie ». Et parmi tout cela, il y a le canoë au dessus du bar, qui tombe comme un cheveu sur la soupe mais qui pourtant s’intègre parfaitement au décor ! C’est travaillé et bien fini sans faire pour autant trop recherché. L’atmosphère y est simple et naturelle. Je pense que c’est l’endroit idéal pour un afterwork très sympa entre collègues ou copains.

J’ai apprécié la jovialité du patron et surtout sa connaissance sur l’art du brassage et la biérologie ! Il a l’air d’être une vraie mine d’or et d’aimer particulièrement son travail ! Discutez avec lui, c’est édifiant ! Il aura plein d’anecdotes sur l’histoire de la bière et ses origines. Les prix sont tout à fait abordables tant pour la nourriture servie sur place que pour la bière. Bien sûr, il ne faut pas perdre de vue que vous  n’y allez pas pour la cuite mais bel et bien vous dépayser et élargir vos horizons sur cet alcool convivial. On parle ici de DEGUSTATION ! Tout ce qui ira hydrater votre gosier doit être savouré minutieusement et non pas simplement siphonné à grosses goulées pour étancher votre soif !

Petit plus : les produits sont locaux, bio et éthiques et la carte propose des plats vegan. 

Résumé

« Au Nouveau Monde»
Micro brasserie
Plat : 4 à 15€
Desserts : 4€
Pinte de bière : 7,5€
Plateau dégustation : 5€Ma-Sam : 18h-1h
 Arrêt Musée d’Aquitaine (Tram B)
Arrêt Porte de Bourgogne (Tram A et C)
2 rue des boucheries
33000 Bordeaux09 81 18 00 54

Leur page facebook

Les ⊕⊕⊕ Les Θ
Qualité et originalité des bières
Atmosphère de l’endroit
Gastronomie Canadienne !!!
 un peu excentré
(vu 242 fois dont 1 visites aujourd’hui)

2 Comments

  1. Muriel

    2 mai 2016 at 13 h 06

    je vis sur Mérignac et je découvre aujourd’hui ce joli blog et cet article sur une micro-brasserie québécoise… Pour y avoir passé plusieurs années, je suis à la fois tentée et curieuse… Un endroit que je ne tarderai pas à aller découvrir! Bonne journée

    1. Christelle

      3 mai 2016 at 14 h 29

      Merci 🙂
      Cette micro-brasserie n’a ouvert qu’en Décembre, c’est encore tout frais, tout beau, tout neuf !
      N’hésite pas à me donner ton avis si tu y vas !

Leave a Reply