Haru Haru : le coréen branché

wp_20161006_003

Haru Haru fait le buzz depuis un moment sur Bordeaux. A vrai dire, il y a très peu de restaurants coréens dans le coin. Il y a le Mokoji dans le centre et Haru Haru sur Talence. Il s’est implanté à la place de la pizzeria La Strada.

Autant Mokoji (où j’ai aussi mangé) fait traditionnel et réservé que Haru Haru fait plutôt connecté et moderne. Tout est clair et épuré, de la décoration au choix de la vaisselle. Chaque plat est mis en valeur et soigneusement pris en photo. Mais l’un comme l’autre restent de très bonnes adresses pour s’initier à la gastronomie coréenne !

L’équipe est jeune, dynamique et vraiment sympa. Ils prennent largement le temps de vous expliquer leur gastronomie. C’est d’ailleurs en partie pour cela que le service est très long et qu’il ne faut pas espérer y manger en coup de vent. Ils iront même vous dire jusqu’à comment manger votre plat : baguette ou plutôt cuillère. Au grand dam d’un de mes amis, qui est cambodgien et qui s’est offusqué qu’on lui dise comment avaler son repas !wp_20160923_003

J’ai eu un gros coup de coeur pour leur choix de vaisselle. On est loin des boui-boui asiatiques habituels avec leur porcelaine défraîchie aux motifs clairement orientaux. Ici la vaisselle est moderne, blanche la plupart du temps mais avec un certain côté sophistiqué. Par exemple, les baguettes sont en métal (pas de vieilles baguettes en bambou jetable) avec une forme plate peu commune. En revanche la décoration à l’intérieur du restaurant en soi est très sobre, voire minimaliste. Mis à part le mobilier en bois, la cuisine ouverte et le personnel bridé (allez, je mets 1€ dans la boîte à racisme pour cette tournure un peu limite ^^), c’est très passe-partout comme décoration et on pourrait se trouver dans n’importe quelle cantine locavore un peu à la mode ces temps-ci. A côté de cela, il y a eu un réel travail graphique pour l’image du restaurant, la conception du menu, et la mise en scène des plats.

D’ailleurs si on se penche sur le menu, il couvre bien les classique coréen et c’est une belle entrée en matière pour vous initier à cette gastronomie. Il y a les fameux bibimbap, du kimchi etc… La carte est fixe en dehors d’un plat qui change tous les 15 jours. Les prix sont raisonnables voire un peu chers. Mais si vous considérez le fait que vous n’allez pas prendre de desserts (déjà parce qu’il n’y en a pas vraiment de proposés et ensuite (et surtout) parce que vous n’aurez plus faim !), ça passe mieux.

Un des plats de quinzaine
Un des plats de quinzaine

Grosso modo voilà comment se déroule votre repas :

  1. vous arrivez en ayant pris soin au préalable de réserver sinon vous risquez fortement de vous casser le nez.
  2. on vous place, on vous présente le plat de la semaine et on vous laisse du temps une première fois pour réfléchir
  3. le serveur revient éventuellement avec de l’eau et vous demande si vous savez ce que vous voulez ou si vous avez besoin de détails concernant la carte (ce qui risque fortement d’arriver puisque les noms des plats sont donnés en coréen, et que ca ne fait pas de mal d’avoir plus d’info);
  4. Le serveur va donc vous expliquer chaque plat un par un, voire il va attendre que la tablette soit disponible pour vous montrer le visuel de chaque plat en prime
  5. Le serveur vous laisse à votre désarroi une fois de plus pour vous laisser le temps de choisir en toute connaissance de cause désormais
  6. Il fait une troisième apparition pour s’enquérir de votre dernier mot et envoie la commande.

La dernière fois, 1h s’est écoulée entre le moment où nous sommes arrivés et celui où les plats ont été déposés devant nous ! Et là, pas de pain à grignoter en attendant ! Faut le faire au mental et museler votre estomac ! Une fois servis, tous vos griefs s’envoleront et vous vous ferez péter la panse comme un goret. C’est copieux et bon. J’y ai toujours mangé comme un ogre !

Vos plats sont souvent proposé en version sauce soja coréenne (très épaisse et bien moins salée que la version Suzi Wan que vous trouvez partout) ou sauce épicée (qui est très acceptable et loin de vous arracher la gueule non plus). Certains comme les raviolis (jjinmandu) ou la friture de poulet (dakangjang) sont plus faits pour être partagé à plusieurs. Mais avec un bol de riz en supplément, cela peut faire un très bon repas !

wp_20161006_004

Au final, c’est une expérience assez agréable. Seuls bémols : le temps d’attente outrageusement long et la cuisine ouverte qui fait que vous sentez un peu la nourriture sur les bords en sortant de la. En tout cas, la nourriture y est bonne, copieuse, saine (la gastronomie coréenne est loin d’être lourde, il y a beaucoup de légumes) et peu grasse (pas comme des wok). Les prix sont acceptables.

Résumé

« Haru Haru »
restauran coréen
Plat : entre 10 et 16 €
Lu-Sam : 12h-14h30
et 19h-22h30

Sur place
Vente à emporter
Livraison

Arrêt Roustaing (tram B)
93 cours Gambetta
33400 Talence

05 33 57 62 34

Leur site
Leur page facebook 
Les ⊕⊕⊕ Les Θ
Plats bons et sains attente longue
prix un peu chers

Leave a Reply