Nona : l’épure de la pizza napolitaine

IMG_3414

Je n’avais jamais compris l’intérêt de manger une pizza margerita. Non mais à quoi ça rime de bouffer une sorte de bout de pain tartiné d’une sauce tomate aqueuse recouverte d’un fromage filant et insipide ? Enfin, ça, c’était avant Nona….

Nona, c’est sans doute le concept du restaurant le plus antipathique que vous puissiez imaginer : ils ne livrent pas, vous devez faire la queue pour avoir une table, le menu tient sur un post-it, les tables sont collées les uns aux autres et c’est horriblement bruyant.

MAIS…

La qualité de leurs pizzas est tout simplement fabuleuse.


IMG_3415
Une cuisson au feu de bois et des pizza marinara

J’avais toujours dit que je ne ferais jamais la queue pour aller manger dans un restaurant. Mais il s’avère que cela nous arrangeait bien cette fois. En effet, nous cherchions avec mon homme un bon moyen de faire passer le temps en attendant une heure décente pour se rendre dans un bar à salsa. Quand nous sommes arrivés sur les coups de 19h20 devant Nona, il y avait déjà plusieurs personnes dehors à attendre. Il était possible de s’attabler directement en terrasse, mais découragés par les températures encore fraiches, nous étions beaucoup à préférer une petite place à l’intérieur. On a pris notre nom sur une liste en nous annonçant une attente de 15 à 20 min. Au final, à peine 5 min s’étaient écoulées lorsque notre nom a été appelé. J’ai mis cette courte attente à profit pour observer le savoir-faire des pizzaiolo dans la cuisine ouverte. Je vous laisse admirer leur dextérité :

A l’intérieur c’est un peu une vraie ruche : bruyant, bondé et avec pas mal d’agitation. J’avais très peur qu’avec cette file d’attente dehors, on nous presse pour manger (un peu comme chez Peppone à Bordeaux) et pourtant rien de tout cela n’est arrivé et nous avons pu savourer notre repas à notre rythme.

Nous avons traversé toute la salle pour atteindre notre petite table à peine espacée de 5 cm avec celle de nos voisines. J’espère que vous ne cherchiez pas un sentiment d’intimité en venant manger là sinon vous seriez cruellement déçus (bien que le brouhaha environnant procure une certaine forme d’isolement et d’anonymat). Il règne une sorte de pénombre. Cela me fait penser à la clarté douteuse que diffusent les ampoule basse consommation quand vous les allumez. Aucune déco recherchée. Juste du blanc et quelques tableaux. Pas de chichi sur les tables immitation marbre blanc non plus : un set de table en papier épais rose qui sert également de menu, un pot en faience avec des couverts ikea et des serviettes en papier dedans. C’est totalement en harmonie avec la carte dépouillée.

Menu Mai/Juin 2018 pizzeria Nona

En effet, le choix est particulièrement restreint avec ses 7 pizzas. Pas vraiment d’apéro (des olives vertes ou une assiette de prosciutto) et aucun dessert à l’horizon. Niveau pizza, il ne faut pas rechercher l’originalité débridée ou la profusion bien américaines de Domino’s. On se recentre sur les grands classiques italients (margherita, primavera, marinara etc… ). Cependant les produits sont choisis avec un soin attentif et c’est aussi l’occasion de découvrir des produits italiens typiques comme le N’duja (une sorte de pâte de chorizo piquant).

IMG_3425
Italy’s Tippy Toe

Notre serveuse est venu s’enquérir de notre commande assez rapidement (une dizaine de minutes après notre installation). Connaissant l’amour de mon homme pour le chorizo et son caractère relevé, je lui ai conseillé l’Italy’s Tippy Toe pendant que suivant mon penchant pour les légumes, j’ai opté pour la primavera. A cause de l’attente à l’extérieur, je pensais que nos pizzas seraient prêtes en un clin d’oeil et au contraire, nous avons bien attendu  une vingtaine de minutes avant de les voir arriver devant nous.

Primavera
Primavera

Et quelle belle surprise ! Une pâte merveilleusement gonflée, croûtée et molleuse aussi succulente que celle de chez Masaniello à Bordeaux. Le côté léopart brûlé peut peut être rebuter certain mais au goût cela ne se sent pas. Amateurs de pizza romaine à pâte fine à la croûte inextistante, passez votre chemin. Ici, c’est la quintessence de la tradition napolitaine qui vous sera servie : fin au centre avec un cordon ultra développé et moelleux autour.

Autant, je n’ai pas du tout apprécié les radis sur ma pizza (c’était trop incongru et pas vraiment mangeable en même temps que le reste de la garniture), que j’ai adoré tout le reste. Le goût de lait entier ultra crémeux et fondant de la mozzarella, le salé addictif du prosciutto, le fruité de l’huile d’olive. La base verte aux légumes à la place de la sauce tomate n’est pas choquante du tout en bouche. Il n’y a pas le côté acide de la sauce tomate mais la saveur des légumes est douce (n’ayez crainte, aucun goût d’épinard) et la couleur est symapthique. Je m’attendais presque à trouver des notes de basilic (que j’aurais appréciées). De son côté mon homme a été tout aussi bluffé que moi par la mozzarella. Et il en a convenu, comme moi, qu’il comprenait enfin pourquoi  certaines personnes se contentent d’une margherita. C’est vraiment un pur régal. C’est bien la première fois que je trouve que ce fromage a un goût particulier et bien à lui (en plus de sa texture typique) !

On n’y va pas pour le service cordial, ni le cadre, mais vraiment pour le goût exceptionnel des produits et la pâte qui est fabuleuse le tout pour un prix vraiment modeste au regard de la qualité extraordinaire des ingrédients (max 14€).

6 Comments

  1. Viviane

    31 juillet 2018 at 8 h 40

    Ahahah !!! J’ai bien ri en lisant tes impressions sur la margarita ! Mes hommes ne voient que par elle (enfin, la bonne hein, éventuellement faite maison mais pas la surgelée dég….sse !) argant que réalisée avec des produits de qualité, elle se suffit dans sa simplicité !
    Quant à la mozza, on peine à trouver la vraie, goûteuse et onctueuse et non pas caoutchouteuse
    En Italie, l’Homme – qui n’aime pas – en a mangé une énorme qui lui a été servie entière avec des tomates. La tête quand il a vu l’assiette… mais il a tout mangé 😉
    Belle journée

    1. Christelle

      13 août 2018 at 11 h 33

      en même temps, comme tu le fais remarquer, c’est dure d’en trouver des bonnes … donc difficile d’avoir le coup de coeur pour une margarita avant ca ! A choisir autant prendre une 4 fromages qui au moins aura du goût ! ^^
      Mais quelle idée de commander une mozza quand on n’aime pas ca ?!

  2. So-CuiZIne

    2 juin 2018 at 14 h 00

    Je suis une fan incontestée de la pâté épaisse et moelleuse alors cette croute qui au premier abord m’a repoussé (je déteste le goût du cramé) mais si vous dites que cela ne se sent pas c’est le jackpot gagnant.. Je ne comprend toutefois pas le coup des radis dans la pizza mais passons, elle est bien magnifique et si vous avez été tous deux comblés c’est que la qualité est là.. Dommage, je ne suis pas a Bordeaux sniiiif

    1. Christelle

      2 juin 2018 at 18 h 05

      Cette pizzeria est à Bruxelles. J’y déménagé au début de l’année.
      j’étais trop déçue aussi quand j’ai vu tout le « cramé ». J’avais vraiment peur que cela gâche tout le goût de la pizza. Mais en fait, on ne le sent pas du tout (improbable mais génial).
      Je peux te recommander l’adresse les yeux fermés (et la bouche grande ouverte !)

    1. Christelle

      27 mai 2018 at 10 h 55

      tu ne pourrais plus t’en passer !

Leave a Reply