Galette chinoise au poulet rôti et comté (pancake sher ping)

Vous avez envie d’une recette bien cocooning qui se prépare vite fait mais reste très savoureuse ? J’ai ce qu’il vous faut : une délicieuse galette chinoise garnie de poulet rôti et de lardons avec une béchamel au comté et muscade. C’est rustique et parfumé à souhait. C’est chaud et cela se mange avec les doigts.

Pour 2 galettes :

Pour la garniture :

  • 100g de poulet rôti
  • 100g de lait (10cl)
  • 60g de comté
  • 40g de lardons fumés
  • 30g d’oignon
  • 1,5 cac de maïzena
  • 1/2 cac de fond de veau
  • 1/4 cac de noix de muscade râpée

Pour la pâte :

  • 60g de farine de blé complète
  • 60g de farine de blé T55
  • 70g d’eau
  • 1 cac d’huile de noix ou noisette
  1. Préparez la pâte : mélangez les farines puis agglomérez le tout avec l’eau et l’huile.
  2. Pétrissez jusqu’à obtenir une pâte lisse et souple. Au besoin, rajoutez un peu d’eau.
  3. Emballez la dans un sachet congélation et laissez reposer au moins 30 min à température ambiante.
  4. Préparez la garniture : mélangez le lait avec la maïzena, le fond de veau et la noix de muscade. Râpez le comté. Emincez finement le poulet.
  5. Faites revenir les oignons en même temps que les lardons à feu moyen pendant 5 min et à couvert. Le temps pour les oignons de devenir translucides.
  6. Retirez les du feu. A la place, faites épaissir le lait.
  7. Quand la sauce est épaisse remettez les lardons, oignons et le poulet rôti. Mélangez bien et laissez tiédir. Puis ajoutez le comté râpé.
  8. Préparez les galettes : sur un plan de travail fariné, divisez la pâte en 2.
  9. Aplatissez chaque boule en un cercle de 5mm d’épaisseur.
  10. Maintenant 2 options : soit la version buns (vous mettez toute la garniture au centre) soit la version feuilletée (version en photo, il faut répartir la garniture presque partout).
  11. Aplatissez légèrement votre galette.
  12. Badigeonnez la surface avec de l’huile à l’aide d’un pinceau.
  13. Faites chauffer un poêle à feu moyen puis y faire dorer les galettes en comptant environ 5 min par face.

Samossas chorizo-emmental


La saison des apéros et des BBQ est en train de revenir en force ! C’est le moment de ressortir les recettes de finger food. Du coup, je vous propose des samossas. C’est facile à préparer, pas très long et cela permet de faire plein de variations. Le coût n’est pas très cher non plus. Bref, c’est le meilleur compromis quand il faut régaler pas mal de monde et plaire au plus grand nombre.

Ici, je vous propose une farce légèrement épicée à bar de chorizo. La sauce tomate apporte du liant et un côté acidulé tandis que l’emmental donne du fondant et adoucit le piquant du chorizo.

Pour 20 samossas :

Ingrédients :

  • 10 feuilles de bricks
  • 100g de chorizo
  • 75g d’emmental râpé
  • 70g de concentré de tomate
  • 1/2 cac d’herbes de provence
    +  sauce tomate ou eau pour ajuster la texture
  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Préparez la garniture : mixez le chorizo avec le concentré de tomate et les herbes de provences.
  3. Ajoutez l’eau (ou le coulis de tomate) petit à petit pour fluidifier la pâte de chorizo. (j’ai du rajouter un peu moins de 5cl d’eau).
  4. Incorporez ensuite le gruyère râpé. 
  5. Pliage : coupez les feuilles de bricks en deux pour avoir des demi-cercle
  6. Puis pliez les en deux pour obtenir une bande.
  7. Déposez une cuillère à café de garniture dans un coin de la bande et commencez à plier en triangle !
  8. A la fin, glissez le reste de feuille de bricks dans le samossas pour qu’il tienne fermé.
  9. Déposez vos samossas sur une feuille de papier sulfurisé et enfournez pour 15 min environ. Surveillez la coloration et retournez à mi-cuisson pour obtenir une teinte dorée uniforme.

Petit info complémentaire :

Pour une coloration homogène, je vous conseille de cuire vos samossas en friteuse, mais ce sera plus lourd et gras.

Vous pouvez également badigeonner la surface avec un peu d’huile d’olive à l’aide d’un pinceau pour obtenir un résultat plus croustillant et moins sec et les faire cuire au four ou à la poêle.

Pour cette recette, j’avais testé trois marques de feuilles de bricks : la Croustipâte, la Pastilla (emballage vert) et la Bizantine (ou un nom dans le genre, c’était un emballage blanc). Autant j’ai été satisfaite avec les deux premières marques que la troisième a été horrible. Les feuilles étaient toutes cassées, sèches… vraiment très désagréable… Le rendu a été assez horrible.

Quesadillas guacamole au roquefort et confit de canard

Envie d’un repas rapide et sans prise de tête mais sans rogner sur la qualité et la gourmandise ? Les quesadillas sont faits pour vous ! Il s’agit simplement de tortillas que l’on garni (en général) d’une farce avec beaucoup de fromage avant de les plier en deux et de les toaster. C’est vraiment le même principe que les fajitas, juste la mise en forme finale qui change.

Ma garniture est loin d’être très classique. C’était surtout un bon prétexte pour écouler les restes (du confit de canard et un avocat en mauvaise passe) ! J’ai mitonné un petit guacamole en rajoutant du Bleu des Causses, fourni par Jean d’Alos, et des morceaux de tomates, quelques épices pour l’assaisonnement et des noix pour le croustillant. Un passage à la presse et le tour était joué ! Bien évidemment j’ai rajouté de l’emmental râpé pour avoir encore plus de fondant et que ce soit encore plus indécent mais ce n’était absolument pas une obligation !

Pour 2 personnes :

Pour les quesadillas :

  • 2 tortillas de blé ou de maïs
  • de confit de canard
  • le guacamole ci-contre
  • 6 tomates cerises allongées
  • 6 cerneaux de noix
  • 40g d’emmental râpé

Pour le guacamole :

  • 1 avocat (environ 120g)
  • 60g de bleu des Causses
  • 1 cas de jus de citron
  • 1/2 cac d’échalote semoule
  • 1/2 cac de paprika fumé *
  • 1/4 cac de coriandre en poudre
  • 1/4 cac de Piment d’Espelette
  • 1/8 cac d’épices Pain d’épices
  1. Préchauffez votre appareil à panini ou votre poêle.
  2. Préparez le guacamole : écrasez l’avocat à la fourchette avec les autres ingrédients jusqu’à obtenir une pâte relativement homogène.
  3. Coupez les tomates en petits dés et ajoutez les au guacamole.
  4. Garnissage : tartinez la moitié des galettes de guacamole.
  5. Répartissez le confit de canard effiloché sur le guacamole et recouvrez de fromage râpé.
  6. Pliez la tortilla en deux.
  7. Toaster 5 min au pour faire fondre le fromage et légèrement colorer la surface de la galette.
  8. Servez les coupez en triangles (comme des parts de gâteau) avec de la crème fraîche (ou aigre si vous en trouvez) et de la salade verte.

Petite info complémentaire :

Le mélange Malin Mexicain Ducros  est plutôt pratique si vous voulez préparez un guacamole. Il contient entre autre : du poivron rouge et de l’oignon déshydraté avec du paprika, de la coriandre, du cumin, de l’origan et du persil avec un soupçon de piment.

* Pour le paprika fumé que l’on ne trouve pas en France, je vous suggère d’utiliser le Mélange Malin Country potatoes de Ducros. Il en contient.

Gyoza à la tapenade et Abondance

Une farce prête en un clin d’oeil et qui ne nécessite que 3 ingrédients : des olives vertes, des anchois et de l’Abondance. Bien sûr, vous pouvez rajouter une lichette d’ail et des câpres pour vous rapprocher encore plus de la recette traditionnelle de la tapenade. Cinq petites minutes de cuisson à la poêle pour dorer et 5 min avec un peu d’eau et un couvercle pour la cuisson vapeur. C’est parfait pour préparer un apéro-dinatoire de dernière minute tout en ayant du style ! Personnellement, j’ai adoré la saveur bien salée et fondante de ces raviolis.

Pour le coup, mes raviolis grillés sont un peu plat car le fromage fond à la cuisson et la pâte épouse la forme de la farce. Avec ces proportions, vous devriez pouvoir faire une douzaine de gros raviolis. Il n’y a que le pliage des raviolis qui prend du temps. Alors, embauchez de la main d’oeuvre et faites en pleine. Congelez les une fois pliés. Comme pour les croquetas, vous n’aurez plus qu’à les faire griller quand l’envie vous en prendra sans décongélation préalable. Si c’est pas merveilleux ça !

Pour 2 personnes :

Pour la pâte :

  • 50g de farine T55
  • 25g d’eau

Pour la cuisson :

  • 1 cac d’huile neutre
  • ± 5 cl d’eau

Pour la farce :

  • 75g d’olives vertes
  • 50g d’anchois
  • 50g d’Abondance
  1. Préparez la pâte : mélangez la farine à l’eau
  2. Filmez la pâte et laissez la reposer au moins 30 min.
  3. Préparez la farce : dans un blender, mixez les olives avec les anchois.
  4. Râpez finement le fromage et incorporez le à cette pâte.
  5. Façonnage des raviolis : sur un plan de travail bien fariné, étalez la pâte très finement. Elle doit faire à peine 2 mm d’épaisseur. Vous pouvez utiliser un laminoir à pâte.
  6. Découpez des cercles de 7 à 8 cm pour des raviolis de la taille de ceux sur les photos. Farinez les pour éviter qu’ils ne collent entre eux ou à la surface. Vous pouvez reformer une boule de pâte avec les chutes et l’étaler à nouveau.
  7. Déposez une petite quantité de farce au centre d’un disque.
  8. Ramenez les bords l’un vers l’autre puis soudez les en demi-lune formant des vaguelettes.
  9. Continuez jusqu’à épuisement des disques de pâtes et de la farce.
  10. Cuisson : faites chauffer l’huile à feu moyen dans une poêle pour y faire dorer les raviolis 1 à 2 min.
  11. Versez l’eau et couvrez avec un couvercle. Poursuivez la cuisson pendant 5 min environ jusqu’à ce que l’eau se soit entièrement évaporée.
  12. Servez les raviolis bien chauds.

Burger montagnard : rösti, myrtille, Abondance et confit de canard

Un burger qui mette à l’honneur un fromage montagnard d’exception ? Pas de problème ! Pour moi, la montagne va avec les myrtilles, la rusticité et les traditions. C’est donc assez naturellement que j’en suis arrivée à faire un burger avec une sauce à la myrtille, un rösti à la moutarde à l’ancienne et du confit de canard. Le tout niché dans un pain pavé au cidre et à la sauge. J’avoue le confit de canard tombe un peu comme un cheveu sur la soupe mais je trouve que c’est une viande généreuse et gourmande, particulièrement à un burger de ce type.

Ne soyez pas sceptique quand à l’association des saveurs. Le mélange est divin, surtout si vous adorez le sucré-salé. On est d’abord confronté au goût du fromage, légèrement relevé par la saveur poivrée des pousses germées ainsi que la moutarde. On découvre ensuite la saveur salée et tendre du confit pour terminer par les notes de sauge du pain… Au final, la côté fruité et acidulé de la sauce à la myrtille est assez discret.

Si vous ne trouvez pas d’Abondance, vous pouvez le remplacer par du Beaufort (France), du Comté (France), de l’Etivaz (Suisse) ou encore du Gruyère (Suisse). Et si vous avez la flemme de faire la sauce à la myrtille, prenez de la confiture !

Pour 2 personnes :

Pour les burgers :

 Pour les röstis :

  • 100g de pomme de terre pelée
  • 10g de moutarde à l’ancienne
  • beurre

Pour la sauce :

  • 100g de myrtille
  • 1 cas de vinaigre balsamique
  • 1 cac de miel
  • 1/2 cac de fond de veau
  1. Préparez les rösti : râpez la pomme de terre et essorez la entre vos doigts.
  2. Mélangez la avec la moutarde à l’ancienne.
  3. Faites chauffer une poêle à feu moyen avec un belle noix de beurre.
  4. Faites revenir les pommes de terre râpées dedans.
  5. Après 5 min de cuisson, séparez la masse en deux tas différents pour former deux galettes à la dimension de votre pain à burger.
  6. Au moment de retourner vos galettes, pour les faire dorer sur l’autre face, rajoutez un noisette de beurre.
  7. Une fois qu’elles sont uniformément dorées, réservez les.
  8. Préparez la sauce myrtille : dans une poêle faites cuire à feu doux les myrtilles avec le miel.
  9. Ajoutez ensuite le fond de veau délayé dans le vinaigre balsamique.
  10. Faites épaissir la sauce 5 minutes. Elle doit avoir une texture proche d’un compote ou d’une confiture.
  11. Dressage : coupez les pavés en deux et toastez les.
  12. Tartinez la partie inférieure de chaque pavé avec 1 cas de sauce à la myrtille. Recouvrez ensuite de pousses germées.
  13. Déposez le rösti puis la tranche de fromage.
  14. Déposez ensuite quelques morceaux de confit de canard réchauffés et nappez d’une nouvelle cas de sauce à la myrtille.
  15. Refermez votre pain et servez aussitôt  !

Petite info complémentaire :

Je l’ai mangé le lendemain de sa réalisation. Après un petit passage au micro-onde de 45 secondes, ce n’était plus qu’un magma de bonheur fondu ! Le fromage était parfaitement mélangé à la sauce aux myrtilles… Un régal ! Très agréablement surprise.

Yakitori de boeuf épicé au fromage (Abondance)

Me revoilà avec les recettes pour la fromagerie Jean d’Alos. Aujourd’hui il s’agit d’un fromage savoyard à pâte pressée cuite, de la même famille que le comté, le gruyère, le beaufort ou l’emmental. Il est en forme de meule, uniquement à base de lait des vaches de races Abondance, Tarine ou Montbéliarde et affiné au moins 100 jours en cave. On le déguste principalement de Juillet à Novembre. A l’honneur pour le mois d’Août, je vous présente :

l’Abondance

Avec ce beau fromage, j’ai eu envie de recettes gourmandes… Mais bon, c’est tout de même l’été, alors je me voyais mal faire une fondue ou un bon gros gratin alors j’ai opté pour cette petite merveille japonaise : les yakitori au fromage !

Il s’agit simplement de bâtonnet de fromage enrobé de fines tranches de viandes, qui sont poêlée et revenu dans une sauce sirupeuse à base de sauce soja et de mirin notamment. C’est très simple à réaliser (surtout si vous prenez des tranches de carpaccio) et particulièrement délicieux. On retrouve étonnament bien le goût du fromage. C’est plus plaisir qu’un fromage au goût moins prononcé comme l’emmental.

Pour 2 personnes :

Pour les brochettes :

  • 8 tranches de carpaccio de boeuf
  • une tranche de 150g d’abondance

Pour la sauce :

  • 1 cas de sauce soja sucrée
  • 1 cas de Sauce soja aux 5 épices
  • 2 cas de sauce nuoc mam
  • 3 cas de mirin ou saké
  • 1 cas de sucre
  1. Dans un tupperware étanche, mélangez tous les ingrédients de la sauce.
  2. Coupez l’abondance en 8 bâtonnets.
  3. Enfoncez une pique à brochette le long de chaque bâtonnet de fromage. Entourez chaque morceaux de fromage avec deux tranches de carpaccio.
  4. Placez les brochettes dans la sauce et laissez mariner au moins 30 min au frais.
  5. Faites chauffez un poêle anti-adhésive.
  6. Egouttez les brochettes et faites les dorez sur toutes leurs faces
  7. Mouillez avec la sauce et laissez réduire à découvert à feu moyen. Quand le fromage des brochettes commence à fondre et à faire des fils retirez les de la poêle. Et continuez de faire réduire la sauce jusqu’à ce qu’elle devienne épaisse et sirupeuse.
  8. Servez les brochettes nappées de la sauce bien chaude avec du riz blanc.

Petite info complémentaire :

J’ai voulu faire ma fière et découper ma viande moi même plutôt que d’acheter du carpaccio parce que je trouvais les tranches un poil trop fines… Mauvaise idée… mes tranches étaient informes… J’ai découvert l’astuce (après coup) qu’il est plus simple de découper des tranches sur de la viande congelée… Enfin bref, ne vous prenez pas la tête, faites comme tout le monde et prenez du carpaccio ! Quitte à mettre plus de 2 tranches pour avoir une épaisseur de viande plus importante. D’ailleurs, ne vous inquiétez pas la viande tient collée au fromage et à elle-même toute seule.

Croquetas chorizo-Etivaz

Un vrai délice. Je m’envoies des fleurs mais elles sont clairement méritées, j’ai 3 goûteurs à l’appui dont un espagnol. Les retours ont été, je cite : « épique, épique, épique » et aussi que mes croqueras étaient aussi bonnes que celle de la grand-mère ! Comment voulez-vous faire mieux ?!

Le goût de chorizo est génial, la couleur orangée, comme du potiron aussi, les fils de fromage (j’aurais trop voulu nous prendre en photo avec les fils sur le menton) gigantesques… Les croquetas, c’est vraiment le tapas le plus parfait du monde : goût, gourmandise, polyvalence, facilité, simplicité, rapidité !

J’ai utilisé l’Etivaz dégusté fin Mai chez Jean d’Alos. C’est un fromage très semblable au gruyère, au comté ou à l’emmental. Particulièrement fruité. Vous pouvez aussi le remplacer par du cantal. Pas très espagnol tout cela, mais c’est très adapté pour avoir des morceaux de fromages bien filants ! Qui plus est, il vaut mieux un fromage avec un peu de goût pour se marier avec le chorizo.

Pour 2 personnes (12 croquetas) :

Pour la béchamel :

  • 20cl de lait
  • 3 cas de maïzena
  • 60g de chorizo
  • 1/4 cac de paprika fumé
  • 1/4 cac de piment d’Espelette
  • 50g d’Etivaz coupé en petits dés

Pour la panure :

  • 1,5 oeuf
  • 125g de chapelure
  1. LA VEILLE, préparez la béchamel : mixez le lait avec le chorizo. Ajoutez la maïzena avec les épices.
  2. Faites épaissir à feu moyen, en remuant de temps en temps. Passez un coup de mixeur pour obtenir une béchamel bien lisse.
  3. Filmez au contact et laissez refroidir.
  4. Quand le mélange est froid, incorporez les morceaux de fromage.
  5. Versez dans 12 mini caissettes à muffin et placez au congélateur.
  6. Le lendemain, sortez les portions de béchamel 30 min à l’avance pour que l’extérieur puisse se ramollir. On veut que l’extérieur soit légèrement humide pour adhérer à la chapelure. Mais pas que l’ensemble soit décongelé sinon, ce n’est pas facile à manipuler.
  7. Panure : préparez 1 assiette avec la chapelure et une autre avec l’oeuf battu. Faites chauffez votre huile de friture.
  8. Prenez une portion de béchamel dans votre main. L’extérieur doit être glissant et légèrement malléable. Passez la une première fois dans la chapelure. Pressez légèrement pour la faire adhérer.
  9. Plongez la dans l’oeuf puis à nouveau dans la chapelure et placez sur une feuille de papier sulfurisé en attendant.
  10. Panez ainsi toutes les portions de béchamel.
  11. Plongez les croquetas dans le bain de friture bien chaud et comptez 4 à 5 min de cuisson. Elles doivent être joliment dorées.
  12. Egouttez sur du papier absorbant et servez bien chaud !

Petite info complémentaire :

Cette fois ci, j’ai fait la panure en roulant dans farine –> oeuf –> chapelure. Au final, c’est plus ou moins équivalent à faire chapelure –> oeuf –> chapelure. Néanmoins, une bicouche de chapelure est encore plus épaisse et croustillante à la dégustation.

Le coup des mini caissettes à muffin est vraiment très pratique pour portionner les croqueras ! Ca fait des bouchées parfaites !

Nous nous sommes fait un petit apéro dinatoire ibérique des plus délicieux : Manchego, Manchego à l’huile d’olive, pâte de coing, Serrano, croquetas, cake Fatso et vous n’avez pas les desserts !

Ils ont testé :

Elise du blog YumElise 

Gnocchi au fromage (parmesan et comté)

Plus ça va, plus j’adore les gnocchis ! C’est simple à faire et cela change de la purée de pommes de terre ou de la cuisson à la vapeur. Cela accompagne aussi bien le poisson que les viandes. Cela fait des merveilles dans une petite salade. On peut les parfumer comme on le souhaite avec des herbes, ou encore varier la base (potiron, châtaigne, patate douce etc…). Bref, les gnocchis ont tout compris !

Aujourd’hui, je vous propose une version très gourmande, que l’on trouve très souvent en magasin : les gnocchis au fromage ! J’ai fait un mélange de parmesan (pour le goût) et de comté râpé (pour le filant).

Les gnocchis sont très ludiques à préparer alors n’hésitez pas à faire participer vos enfants !

Pour 2 personnes :

Ingrédients :

  • 300g de pommes de terre pelées
  • 80g de farine
  • 1 cas de jaune d’oeuf
  • 25g de parmesan râpé
  • 25g de comté râpé (ou emmental ou gruyère)
  • 1/4 cac de sel
  • plusieurs tours de moulin à poivre selon votre convenance
  1. Préparation de la pâte : placez vos pommes de terre pelées et coupées en gros morceaux dans une grande casserole d’eau froide. Portez à ébullition et comptez 20 min de cuisson. Un couteau dans facilement s’enfoncer dans la chair.
  2. Une fois les pommes de terre cuites, égouttez les et laissez les tiédir.
  3. Ecrasez les à l’aide d’une fourchette pour faire une purée.
  4. Ajoutez ensuite le jaune d’oeuf puis les fromages avec le sel et le poivre.
  5. Ajoutez enfin la farine progressivement. Vous devez obtenir une boule de pâte non collante mais très malléable. Au besoin ajoutez de la farine.
  6. Façonnage : divisez la pâte en deux et roulez chaque boule en un boudin d’1cm de diamètre environ.
  7. Découpez ensuite des tronçons de 2cm de long max. Roulez chaque tronçon entre vos mains pour former des petites boules un peu plus grosses que des noisettes mais pas autant que des noix.
  8. Roulez ensuite chacune de ces petites boules sur les dents d’une fourchette à l’aide d’un devis doigts pour former les bandes caractéristiques des gnocchis.
  9. Déposez chaque gnocchis sur une surface bien farinée (ou du papier sulfurisé).
  10. Cuisson : portez un grand volume d’eau salée à ébullition. Plongez y les gnocchis.
  11. Quand ils remontent à la surface égouttez les. Vous pouvez mangez les gnocchis tels quels ou encore les poêler avec un peu de beurre dans une poêle.

Petite info complémentaire :

Je congèle mes gnocchis après les avoir répartis sur le papier sulfurisé. Une fois qu’ils sont bien congelés à coeur, je les regroupe en sachet. Il n’y a plus qu’à les plonger dans de l’eau bouillante quand l’envie vous prend !

Mac & cheese au potimarron [one pot pasta]

C’est un plat très généreux et gourmand, classique de la société américaine. J’ai tenté deux versions. La première fois, c’était une version un peu traditionnelle au four qui m’a donné quelque chose de trop sec à mon goût. Alors j’ai refait une tentative sur la méthode des One Pan Pasta et le résultat a été beaucoup plus concluant et encore plus rapide à préparer !

Alors, n’attendez plus pour vous mitonner ce bon plat complet, idéal pour vous réconforter ! J’ai écrit « 2 personnes » mais on peut vraiment manger à 3 dessus avec un dessert derrière. Je m’excuse, ce n’est pas très glamour à présenter…

Pour 2 personnes :

Ingrédients :

  • 100g de macaronis ou de torsades
  • 200mL de lait
  • 200mL d’eau
  • 1/2 cube de bouillon de poulet
  • 200g de purée de courge (potimarron, potiron… )
  • 100g de brocolis
  • 50g de fromage râpé (emmental + mozzarella pour moi)
  • 1/4 cac d’ail semoule
  • 1 petit oignon rouge
  • poivre
  1. Emincez l’oignon. Détaillez le brocolis en petites têtes.
  2. Mélangez la purée de potiron avec l’eau et le lait ainsi que le cube de bouillon émietté.
  3. Dans une grande casserole, déposez tous les ingrédients : pâtes, brocolis (sans pré-cuisson), oignon, ail, fromage.
  4. Arrosez avec la purée de courge et mélangez.
  5. Portez à douce ébullition et comptez 10 min de cuisson. En remuant de temps en temps (le fromage fait que cela accroche assez facilement au fond).
  6. Goûtez, rectifiez l’assaisonnement au besoin et savourez bien chaud !