Tarte tatin aux artichauts, noix de pécan et sirop d’érable

Il s’agit d’un délicieux petit plat du soir, avec des artichauts poivrades, cuit à la mode tatin, avec du Palet bourguignon (un fromage à croûte lavée), des morceaux de noix de pécan hachée et une petite sauce à la moutarde de Dijon et au sirop d’érable.

C’est après avoir vu la recette de Tarte Tatin aux Endives de Patty, du blog Je cuisine donc je suis, que j’ai eu l’idée de recycler mes artichauts poivrade ainsi. J’ai préparé une pâte feuilletée express avec la méthode escargot de Claudine et à ma grande surprise, cela a superbement bien marché ! Je ne doutais pas de sa technique, mais j’ai utilisé du beurre tout juste sorti du réfrigérateur et non du congélateur. Qui plus est, ma pâte n’a passé qu’1h au congélateur avant que je l’étale pour recouvrir ma tarte tatin.

un feuilletage incomparable !

Vous pouvez remplacer le Palet Bourguignon par n’importe quel fromage à croûte lavée : maroilles, munster, pont l’évêque, soumaintrain … Mais attention, ce sont des fromages au goût relativement prononcé !

Pour 2 personnes :

Pour la pâte feuilletée :

  • 90g de farine
  • 40g de beurre bien froid
  • 2 cas d’eau
  • 1/8 cac de mélange Pain d’épices
  • 1/8 cac de sel

Pour la garniture :

  • 8 artichauts poivrades, cuit à la vapeur et coupés en deux
  • 2 cas de noix de pécan concassées
  • 40g de palet bourguignon (ou autre fromage à croûte lavée)
  • 1 cas de moutarde de Dijon
  • 1 cas de sirop d’érable
  1. Préparez la pâte feuillée : mélangez la farine avec les épices.
  2. Coupez le beurre en petits morceaux et mélangez les à la farine sans tenter de les incorporer (on ne fait pas de crumble!)
  3. Amalgamez la pâte très brièvement avec l’eau de manière à former une boule de pâte très grossière.
  4. Farinez bien votre plan de travail et étalez finement la pâte au rouleau.
  5. Roulez ensuite la pâte en boudin, en aplatissant le boudin à chaque tour avec la main.
  6. Quand vous avez fini de rouler votre pâte sur elle même, roulez votre boudin tout plat sur lui même pour former un escargot.
  7. Emballez la pâte dans un sachet congélation et laissez la reposer au moins 1h au réfrigérateur.
  8. Préchauffez votre four à 200°C.
  9. Dressage : disposez vos artichauts poivrades coupés en deux en les serrant bien dans 2 moules à tartelettes bien huilés.
  10. Saupoudrez 1 cas de noix de pécan par tartelettes, puis répartissez le fromage par dessus.
  11. Nappez avec la moutarde mélangée au sirop d’érable.
  12. Sortez votre pâte escargot du froid et placez le debout.
  13. Aplatissez le avec la main avant de l’étalez au rouleau à la dimension de vos tartelettes. Découpez 2 cercles de pâtes d’au moins 1cm plus grand que le diamètre des tartelettes. Piquez la pâte avec une fourchette.
  14. Posez la pâte sur la garniture et bordez la pâte (comme votre lit) tout autour de la garniture.
  15.  Enfournez pour 15 à 20 min. La pâte doit être dorée.

Raviolis au foie gras et cranberries

Pour ceux qui seraient nostalgiques des fêtes de fin d’année, je vous propose cette petite recette de raviolis au foie gras. Je suis partie sur une pâte à base de farine de châtaigne pour une saveur un peu plus rustique. La farce, quant à elle, est composée d’un chutney oignon-cranberry et de morceaux de terrine de foie gras.

Pour 2 personnes (18 raviolis):

Pour la pâte :

  • 80g farine T55
  • 20g farine de chataîgne
  • 1 gros oeuf
  • 1 cac d’huile d’olive

Pour la farce :

  • 50g cranberries
  • 50g oignon (1/2 oignon)
  • 1 cas de Porto
  • 1 cas de vinaigre balsamique
  • 1 cas d’eau
  • 1 cac de miel
  • 1 cac de gras de foie gras ou de graisse de canard
  • 100g de foie gras
  1. Préparez la pâte : mélangez d’un côté les deux farines et de l’autre battez l’oeuf avec l’huile d’olive.
  2. Pétrissez avec vos doigts les deux ensemble jusqu’à former une boule de pâte homogène, et souple. Vous aurez sans doute besoin de rajouter un peu d’eau.
  3. Emballez la pâte dans un sachet congélation et laissez la reposer au moins 2h à température ambiante.
  4. Préparez la farce : émincez l’oignon
  5. Dans une poêle, faites fondre la graisse de foie gras et faites revenir l’oignon dedans.
  6. Lorsqu’il est bien blond, ajoutez les liquides (eau, porto, vinaigre et miel) ainsi que les cranberries. Mélangez bien et couvrez.
  7. Laissez cuire à feu doux pendant une quinzaine de minutes.
  8. Mixez cette préparation en purée. Laissez refroidir.
  9. Façonnage : découpez votre boule de pâte en 4.
  10. Passez chaque pâton successivement dans votre laminoir, en partant du cran le plus large pour aller vers le plus serré.
  11. A l’aide d’un emporte pièce à raviolis, découpez des cercles de pâte.
  12. Garnissez les d’un petit peu de chutney puis d’une lamelle de foie gras (environ 5g).
  13. Repliez le cercle de pâte en deux en appuyant bien pour souder les bords.
  14. Placez les ravioli sur une feuille de papier sulfurisé.
  15. Laissez sécher à l’air libre 2h. Vous pouvez congeler les ravioli après cette étape. 
  16. Cuisson : portez un grand volume d’eau à ébullition.
  17. Plongez les ravioli dans l’eau. Comptez plus ou moins 5 min de cuisson. Egouttez les et servez avec la sauce de votre choix.

La table du Parlement

Samedi dernier, je retrouvais un ami d’école d’ingé expatrié au Canada. Pour l’occasion nous avons décidé de nous faire un petit restaurant bien franco-française (le terme exact de son exigence était un resto « franchouillard »). L’année dernière nous avions fini Chez Jean. Nous avons erré longtemps avant de nous décider. Au final, nous avons trouvé notre bonheur à La Table du Parlement, dans le quartier St Pierre. Cuisine traditionnelle française au rendez-vous, avec en prime, un large choix de tapas pour ceux qui voudraient un apéro dinatoire.

D’un point de vue décor et ambiance, j’ai bien aimé la salle voutée et l’espèce de patio couvert qui fait la transition entre la terrasse et la salle réellement fermée. On y est à l’abri et relativement au chaud grâce aux réchauds et aux plaids. C’est très agréable d’avoir la flamme qui danse à côté de sa table pendant le repas (en plus du fait que ça diffuse une chaleur agréable). Ce petit aspect semi-pénombre / lumière tamisée crée un sentiment d’intimité assez sympa. L’ensemble du personnel a été agréable avec nous. Et le service a vraiment été rapide tout au long de notre repas. Seul côté un peu moins agréable, les chaises pliantes et les tables qui font un peu trop « bar » à mon goût dans l’espace patio. Je trouvais ça moyennement confortable pour prendre son repas.  Sinon il y a de jolis petites chaises/fauteuils en cuir plutôt sympa. Ca donne un style assez lounge.

J’ai été plutôt étonnée par les prix très raisonnables pratiqués dans cet établissement. Le menu entrée+plat+dessert n’est qu’à 17,90€. Je trouvais ça très correct pour un dîner dans le centre de bordeaux. Qui plus est, le choix est assez vaste sur le menu, presque 6 possibilités par catégories (avec des suppléments qui traînent par ci par là, comme pour le foie gras ou le café gourmand par exemple). Ils ont un très bel assortiment de tapas. J’ai vu les plateaux défiler pendant notre repas et ça donnait envie !

Mon ami s’est lancé dans un menu tandis que j’ai opté pour une de leurs grandes salades (il y en a 4 au total -végétarienne, berger, de la mer et périgourdine- entre 12 et 15€). Je n’ai pas été déçue à l’arrivée de ma salade. Elle avait l’air copieuse. Toutefois, il était fait mention d’asperges dans ma salade et je n’en ai trouvé qu’une seule… J’avoue que j’ai trouvé cela un peu culotté. Mais bon, dans l’ensemble elle était bien garnie. Je pense que j’aurais préféré que le fromage de chèvre soit déposé sur leur baguette tranchée (délicieusement croustillante) plutôt que sur des toasts de pain de mie… D’ailleurs, le fromage de chèvre en lui même n’était pas extra… Mais j’ai adoré les tomates marinées, qui étaient divinement acidulées.

Le croustillant au camembert aux pommes semblait bien appétissant et très croustillant pour le coup. Mon ami avait choisi du magret sauce au bleu en plat principal. Alors si la cuisson a bien été respecté, il a été assez déçue par la quantité de magret (à peine un demi… ). Ca faisait un peu pitié dans l’assiette. Même si au final cumulé avec l’entrée et le dessert, on ressort de là sans avoir faim et sans se sentir mal (ce qui n’est pas plus mal selon moi).

Autant j’avais été satisfait de ma salade et du pain qui l’accompagnait que je suis restée un peu dubitative face à la carte des desserts. En général, je prends systématiquement un mi-cuit au chocolat ou une coupe glacée. Et bien,là, rien de tout cela… A la place un soufflé au chocolat ou un nougat glacé… Je me suis donc rabattue sur un thé gourmand (à 7,5€).

Il faut reconnaître que le thé gourmand est très varié : mini bouchée au chocolat (un peu sèche cependant), touffe de chantilly, mini cheesecake au caramel, mini crème brûlée et panna cotta fruits rouges. Mais comme souvent, l’offre de thé laisse à désirer : thé vert menthe, ceylan ou earl grey. Point positif, mon thé vert menthe était, certes, un sachet lipton mais un léger effort a été fait : j’avais de vraies feuilles de menthe en train d’infuser dans ma théière. A côté de cela les bouchées étaient bonnes mais pas extraordinaires non plus.

Nous sommes restés longtemps à discuter après avoir terminé notre repas. On ne nous a pas pressé du tout. C’était très agréable de pouvoir profiter tranquillement (chose qui aurait été impossible chez Peponne).

Au final, c’est un restaurant au rapport qualité-prix intéressant mais les portions dans les assiettes font petites. Vous sortirez de table rassasié mais pas excessivement repus non plus. La cuisine est bonne, classique mais pas à se damner pour autant (vous faites aussi bien chez vous). Ils pêchent un peu sur les dessert… En revanche, l’ambiance et le cadre sont très agréables. Sans oublier le service qui s’est très bien passé pour nous.

Résumé

« La Table du Parlement »
Bistrot
Menu (E+P+D) : 17,9€
Plat : 15-20€
Ma-Sam : 12h-14h30
et 19h-23h3
0
Arrêt Place de la Bourse (Tram C)
20 rue de Parlement st Pierre
33000 Bordeaux

05 57 83 23 31

Leur site internet

Les ⊕⊕⊕ Les Θ
rapport qualité prix correct
cadre agréable et chaleureux
portion petite

Quiche au maroilles et poireau

Une variante de la quiche au saumon fumé et au poireau que je vous ai proposé il y a une semaine. J’ai remplacé le saumon fumé par du maroilles. Le curry se marie plutôt bien avec ce fromage du Nord au goût assez prononcé.

Pour 2 personnes :

Pour la pâte :

  • 80g de farine multi-céréales
  • 20g de margarine (beurre mou)
  • 2 cas d’eau

Pour la garniture :

  • 2 tranches de saumon fumé
  • 1/2 maroilles
  • 1 oeuf
  • 50g de fromage blanc
  • 1/4 cac de curry
  1. Préparez la pâte : sablez la farine avec le beurre.
  2. Agglomérez ensuite la pâte en une boule lisse et homogène avec l’eau (rajoutez en au besoin).
  3. Filmez la pâte dans un sac congélation et laissez la reposer 1h à température ambiante.
  4. Préparez la tarte : faites cuire les blancs de poireaux à la vapeur puis débitez les en tronçons.
  5. Coupez le maroilles en lamelles.
  6. Préchauffez votre four à 200°C.
  7. Etalez la pâte à la taille de votre moule puis foncez le avec.
  8. Répartissez les tronçons de poireaux sur votre fond de tarte.
  9. Mélangez l’oeuf avec le fromage blanc et le curry.
  10. Versez cet appareil sur la tarte dressée avec ses poireaux. Déposez les lamelles de maroilles sur le dessus.
  11. Enfournez pour 20 à 30 min.

Welsh Rarebit aux maroilles

Voici une spécialité galloise que l’on retrouve beaucoup dans les brasseries du Nord de la France. Il s’agit d’une tranche de pain nappée d’un sauce très épaisse à base de fromage fondu (traditionnellement du cheddar) et de bière rehaussée de moutarde. Je vous propose une version très « brunch » avec un oeuf pochée et du bacon en prime ! Pour le clin d’oeil au Nord de la France, j’ai opté pour du maroilles en guise de fromage. Malheureusement, je n’ai pas trouvé de fricadelle sinon, j’aurais choisi ça plutôt que du bacon. L’Irish Soda Bread très rustique que j’ai réalisé il y a peu est parfait pour cette recette.

Pour 1 personne :

Pour la sauce :

  • 50g de maroilles
  • 5cl de bière brune
  • 1 cas de moutarde
  • 1cac de farine
  • 10g de beurre

Pour la garniture :

  • 2 tranches de pain (ou 1 seule selon sa taille)
  • 2 tranches de bacon
  • 1 oeuf
  • Persil ou tige d’oignons nouveaux
  1. Préchauffez votre four à 180°C.
  2. Préparez la sauce : faites fondre le beurre dans une poêle. Saupoudrez de farine, mélangez et poursuivez la cuisson jusqu’à ce que le mélange roussisse.
  3. Mouillez progressivement avec la bière en remuant bien pour ne pas former de grumeaux.
  4. Ajoutez ensuite le fromage coupé en morceaux que vous laissez fondre.
  5. Mélangez bien pour avoir une sauce homogène.
  6. Ajoutez la moutarde en dernier.
  7. Faites griller les tranches de pain. En parallèle, portez à ébullition une petite casserole d’eau.
  8. Quand l’eau bout ajoutez l’oeuf et comptez 5 min.
  9. Pendant ce temps : placez le pain dans un plat à four et nappez le de la sauce au fromage.
  10. Placez les tranches de bacon sur la sauce et enfournez jusqu’à ce que cela dore et bulle.
  11. Quand les 5 min sont écoulées, égouttez l’oeuf et passez le sous l’eau froide puis écalez le avec délicatesse.
  12. Sortez le Welsh du four, ajoutez l’oeuf par dessus et parsemez de rondelles d’oignon nouveau. Servez bien chaud avec des tomates rôties.

Pain savoyard

Si vous recherchez un en-cas terriblement moelleux avec un goût de fromage et d’hiver irrésistible, vous avez ouvert le bon article. Du reblochon, des morceaux de pommes de terre et des allumettes de bacon capturé dans un pain ayant la texture et le moelleux d’une gâche ou d’un pain brioché. En effet, il contient de l’oeuf et beaucoup de beurre mais quel régal !!! C’est une recette extraite du livre « Pains et viennoiseries » de Basile Kamir.

Il propose de la façonner sous forme d’un gros pain, mais je trouve le résultat plus sympa pour forme de petits pains à grignoter. Sinon je pense qu’il faudrait façonner la pâte en baguette comme un pain viennois. La pâte est assez liquide et collante. Je vous conseille plutôt de la travailler avec un robot ou une MAP.

Pour 12 petits pains :

 Pour la pâte: 
  • 500g de farine
  • 12,5 cl de lait
  • 12,5 cl d’eau
  • 1,5 oeuf
  • 100g de beurre demi-sel
  • 25g de sucre
  • 10g de levure de boulangerie (1/4 de cube)
 Pour la garniture : 
  • 50g de pommes de terre en lamelles cuites à la vapeur
  • 50g d’allumettes de bacon
  • 1/2 reblochon
  • 0,5 oeuf restant pour la dorure (finition)
  • poivre du moulin (finition)
  1. Coupez le reblochon en petites lamelles. Mettez en 12 de côté pour coiffer les futures miches.
  2. Mélangez l’eau avec le lait et le sucre. Dissolvez la levure dans ce mélange.
  3. Placez tous les ingrédients dans la cuve de votre MAP:
    1. en premier : la levure dissoute, le beurre coupé en morceaux et l’oeuf
    2. par dessus : la farine
    3. Lancez le programme « Pâte » (1h30).
  4. A la moitié du pétrissage, ajoutez les pommes de terre, les lardons et le fromage. Puis laissez la pâte pousser jusqu’à la fin du cycle.
  5. A l’issu du cycle, divisez la pâte en 12 pâtons auquel vous donnez la forme de boule.
  6. Placez ces boules sur du papier sulfurisé en les espaçant bien.
  7. Couvrez d’un linge et laissez double de volume dans un endroit tiède (1h).
  8. Préchauffez votre four à 210°C.
  9. Badigeonnez la surface des pains avec l’oeuf battu restant. Déposez une lamelle de reblochon puis donnez 1 ou 2 tours de moulin à poivre.
  10. Enfournez pour 20 à 25 min. Attention, à cause de l’oeuf la surface peut brunir très vite ! Au besoin couvrez vos petits pains d’aluminium.
  11. Laissez tiédir avant de déguster ces petites merveilles (c’est aussi très bon froid). Ne vous inquiétez pas si le pain s’affaisse. Le fromage a fondu et a fait perdre un peu de tenue. C’est normal.

Poule au blanc : la poule au pot à la Normande

C’est un plat typique de ma région. C’est la même chose qu’une poule au pot, sauf qu’elle est servie avec une sauce à la crème bien épaisse parfumée au cidre. Traditionnellement ce plat était souvent proposé à Pâques. Mais c’est un très bon plat d’hiver, généreux et bon marché. Une poule coûte environ 3,5€/kg. C’est moins cher qu’un poulet. Et puis avec un seul plat, vous allez pouvoir faire du recyclage sur plusieurs jours, notamment grâce au bouillon qui vous fera une délicieuse soupe !

Ma mère et moi avons constaté une chose avec amusement. Tout bon plat Normand qui se respecte, contient forcément une quantité non négligeable de beurre, de crème et de cidre! Alors celui là avec sa sauce, il met en plein dans le mille.

Pour 4 à 6 personnes :

Pour la poule au pot :

  • 1 poule de 1,2 kg minimum
  • 4 poireaux
  • 4 carottes
  • 4 navets
  • 1 branche de céleri
  • 1 gros oignon
  • 3 clous de girofle
  • 1 bouquet garni
  • 1 cas d’estragon séché
  • 1 cac de gros sel

Pour la sauce blanche :

  • 25cl du bouillon de cuisson
  • 25g de farine
  • 25g de beurre
  • 10 cl de crème fraîche
  • 10 cl de cidre
  • 1 jaune d’oeuf
  • 1cac d’estragon séché
  1. Cuisson de la poule : plongez la poule dans une cocotte d’eau froide (elle doit être recouverte). Portez à ébullition.
  2. Pendant ce temps : épluchez les légumes. Pelez les carottes et coupez les en rondelles ou simplement en 2 ou 4. Pelez les navets.
  3. Lavez bien les poireaux (je préfère séparer le blanc des feuilles vertes du poireau). Enfin pelez l’oignon et plantez les clous de girofle dedans. Je laisse la tige de céleri telle qu’elle. mais vous pouvez la débiter en tronçons.
  4. Quand le bouillon de la poule bout, écumez le (ça fonctionne bien avec une passoire).
  5. Puis ajoutez les légumes, le bouquet garni, l’estragon, le sel et du poivre.
  6. Couvrez et laissez cuire 2h à petit bouillon (45 min si vous le faites à la cocotte-minute).
  7. Dégraissage : si vous souhaitez un bouillon plus digeste, laissez le une nuit au réfrigérateur (ou dehors : sur votre balcon ou dans votre garage) pour que le gras fige à la surface. Vous n’avez plus qu’à le retirer à l’aide d’une passoire.
  8. Préparez la sauce : faites fondre le beurre dans une casserole, ajoutez la farine et mélangez avec une spatule.
  9. Laisser brunir quelques minutes en remuant de temps en temps.
  10. Quand vous avez une belle couleur doré/brun, ajoutez progressivement et en fouettant vigoureusement le bouillon de cuisson de la poule.
  11. Faites épaissir à feu moyen en continuant de remuer.
  12. Dans un bol, mélangez le jaune d’oeuf avec la crème. Salez et poivrez.
  13. Ajoutez ce mélange à celui de la casserole.
  14. Continuez à faire épaissir puis ajoutez le cidre.
  15. Poursuivez la cuisson quelque minute jusqu’à ce que la sauce soit épaisse à votre convenance. Au besoin ajoutez un peu de maïzena.
  16. Service : découpez la poule et servez ses morceaux nappés de cette sauce avec les légumes et du riz blanc.

 

Petite info complémentaire :

Pour utiliser les restes de poule au pot, je vous suggère :

Raviolis au boeuf façon carbonade (tortellini)

Pour le défi de Septembre de recette.de, il fallait proposer une recette de pâtes ! J’adore faire mes propres raviolis et j’avais envie d’une garniture très gourmande avec une sauce à se rouler par terre. Alors quoi de mieux que la sauce de la carbonade qui est divinement épaisse et sirupeuse? Et puis les raviolis au boeuf, c’est un peu le premier contact qu’on a avec les raviolis… Mais si souvenez-vous ! Ces raviolis relativement insipides (avec le recul) noyés dans une sauce tomate qui vous faisait une auréole rouge autour de la bouche. Bah oui, parce que lorsqu’on est enfant, s’essuyer la bouche, ce n’est pas le premier truc auquel on pense quand on mange à la cantine.

Donc voilà, j’avais envie de renouer avec des raviolis au boeuf mais avec une version adulte ultra gourmande. Pour le fun, je me suis amusée à les plier en forme de tortellini. Mais je me suis aperçue trop tard que j’avais oublié de replier la pointe centrale pour qu’ils aient la forme parfaite. Tant pis ! Ca n’a rien changé au goût !

Personnellement, j’ai recyclé ma carbonade, mais tout le monde n’en a pas sous le coude, alors je vous propose une version un peu accélérée avec du steak haché qui sera moins sec que de la viande à bourguignon. Prévoyez un peu de parmesan râpé pour le service !

Pour 2 personnes :

Pour la pâte à raviolis :

  • 150g de farine
  • 1,5 oeuf
  • 1 cas d’huile d’olive

Pour la garniture :

  • 1 steak haché de boeuf (125g)

Pour la sauce :

  • 100g de lard fumé (ou poitrine fumée)
  • 1 gros oignon
  • 33cl de bière brune (Pelforth, Leffe, Affligem, Grimbergen…)
  • 1 bouquet garni (thym et laurier)
  • 1 cac de vergeoise brune
  • 1 cac de farine
  • 2 tranches de pain d’épices
  • 10g de beurre demi-sel
  • 1 cas de moutarde de Dijon
  1. Préparez la pâte à raviolis : creusez un puits dans la farine et versez y les oeufs battus et l’huile d’olive.
  2. Amalgamez la pâte avec vos doigts jusqu’à former une boule homogène, non collante. Au besoin ajoutez de l’eau ou de la farine, jusqu’à avoir la bonne consistance.
  3. Emballez la pâte dans un sachet congélation et laissez la reposer 2h à température ambiante.
  4. Préparez la sauce : pendant que la pâte repose, détaillez la poitrine en gros lardons.
  5. Faites fondre le beurre à feu moyen. Faites y revenir les oignons. Ils doivent ramollir et suer sans brunir.
  6. Ajoutez ensuite les lardons et laissez cuire 5 mi à couvert.
  7. Saupoudrez avec la vergeoise et la farine.
  8. Ajoutez le bouquet garni et arrosez avec la bière.
  9. Tartinez le pain d’épices avec la moutarde et déposez le à la surface de la bière. Couvrez et laissez mijoter 30.
  10. Au bout de ce temps, le pain d’épices a du se dissoudre complètement. Faites réduire la sauce 30 min à découvert. Elle doit devenir bien épaisse. Laissez refroidir.
  11. Préparation de la garniture : mélangez le steak haché avec 2 cas de sauce (que le liquide, pas de lardons). Réservez le reste de sauce pour le service.
  12. Façonnage des raviolis : passez la pâte au laminoir pour l’affiner.
  13. Découpez la pâte en un grand rectangle que vous diviser en rectangle de 5x5cm.
  14. Déposez une noisette de garniture au centre de chaque carré.
  15. Pliez la pâte en triangle et soudez bien les bords en appuyant avec vos doigts.
  16. Rabattez la pointe centrale sur la poche de farce (la pointe doit dépasser) : c’est l’étape que j’ai oubliée.
  17. Puis repliez les deux coins restant l’un par dessus l’autre.
  18. Séchage : déposez les tortellinis sur une feuille de papier sulfurisé et laissez séché 1h. Vous pouvez les congeler à ce stade. Placez le plateau directement au congélateur. Au bout d’1h quand tous les raviolis sont bien congelés, rangez les en vrac dans un sachet congélation.
  19. Cuisson : portez un grand volume d’eau salée à ébullition.
  20. Quand l’eau bout, faites cuire les ravolis 5 min dedans. Quand ils remontent à la surface, égouttez les.
  21. Servez les nappés du reste de sauce et parsemés de parmesan râpé.

Petite info complémentaire :

Comme j’ai préparé de la carbonade, je l’ai directement utilisée pour garnir mes raviolis. J’ai haché 100g de la viande cuite en carbonade avec 2 cas de sauce. La sauce permet d’éviter que la farce soit trop sèche.

Carbonade flamande

Avec à peu près 3h de mijotage, on que peut dire que la carbonade, c’est un travail de longue haleine ! Alors autant la préparer en grandes quantités et congeler si vous pouvez… Mais quel régal ! La sauce est si sirupeuse et épaisse…

Concrètement, cette spécialité belge et du Nord de la France correspond à un ragoût de boeuf à la bière. Cela peut ressembler à un boeuf bourguignon beaucoup plus gourmand. Puisqu’on rajoute du pain d’épices et de la vergeoise pour obtenir une sauce bien sirupeuse. Ce plat se sert avec de bonnes frites cuite à la graisse de boeuf (plutôt canard pour moi).

Normalement, il faut de la bière brune. J’ai choisi la blonde Ch’ti juste pour le clin d’oeil au nord de la France… De même, privilégiez la moutarde de Dijon à la moutarde à l’ancienne, son goût plus fort, n’en rendra la plat que bien meilleur. C’est un plat idéal pour l’hiver ! (avec un peu d’avance me concernant ^^).

Pour 2 personnes :

Ingrédients :

  • 350g de viande de boeuf pour bourguignon ( collier, poitrine, paleron … )
  • 100g de lard fumé (ou poitrine fumée)
  • 1 gros oignon
  • 33cl de bière brune (Pelforth, Leffe, Affligem, Grimbergen…)
  • 1 bouquet garni (thym et laurier)
  • 1 cac de vergeoise brune
  • 2 tranches de pain d’épices
  • 10g de beurre demi-sel
  • 1 cas de moutarde de Dijon
  1. Détaillez la viande de boeuf en gros cube de 2 à 3 cm. Coupez le lard en lardon bien généreux et émincez l’oignon.
  2. Faites fondre le beurre à feu moyen. Faites y revenir les oignons. Ils doivent ramollir et suer sans brunir.
  3. Ajoutez ensuite les lardons et laissez cuire 5 mi à couvert.
  4. Mettez oignons et lardons de côté et faites revenir la viande à feu vif dans le jus des lardons. Elle doit bien dorer sur toutes ses faces. Couvrez pour préserver le jus.
  5. Mettez la viande de côté. Repassez à feu doux et saupoudrez avec la vergeoise. Faites épaissir ce jus. Cela doit devenir bien épais et sirupeux.
  6. Remettez la viande, les lardons et les oignons, ajoutez le bouquet garni. Arrosez avec la bière de manière à ce que la viande soit bien recouverte.
  7. Tartinez le pain d’épices avec la moutarde et déposez le à la surface de la bière. Couvrez et laissez mijoter 1h30.
  8. Au bout de ce temps, le pain d’épices a du se dissoudre complètement. Retirez le bouquet garni, remuez pour vérifier que cela n’accroche pas au fond et poursuivez la cuisson encore 1h à 1h30.
  9. Votre carbonnade est prête quand la viande baigne dans un jus bien nappant, épais et sirupeux. Servez bien chaud avec des frites !

Petite info complémentaire :

Si votre sauce n’est pas devenue sirupeuse : en fin de cuisson, diluez 1 cac de maïzena dans 3 cas de sauce. Versez à nouveau dans la casserole et faites épaissir à feu doux 5 à 10 min. Mais pas d’inquiétude! Rien n’est encore joué au bout d’1h30. Il faut vraiment laisser le temps et la cuisson à feu doux faire leur office pour que la sauce se transforme comme par magie ! Car étonnamment la sauce réduit même avec le couvercle par dessus. Attention vers la fin, cela peut vite accrocher au fond de la casserole.

Ne faites pas des morceaux de viande trop petits car cela diminue beaucoup en taille à la cuisson.

Ils ont testé :

Séverine de Maman, ça déborde !