Big Fernand : quand l’aristo-hipster parisien s’attaque aux burgers

WP_20170924_20_52_04_Pro

A nouveau de passage sur Nantes un dimanche soir, j’en profite pour tester les chaînes de restaurants que je n’ai pas sur Bordeaux et notamment Big Fernand. Cette enseigne a déjà largement fait le buzz en France et même à l’étranger ! Attention, ici on ne parle pas de burgers mais de hamburgés s’il vous plait !

On va chez Big Fernand pour ses frites maison, son côté vintage et son humour décalé. Vous allez être séduits par ses hamburgés aux noms aussi désuets que ceux de vos arrières-grands-parents et par la qualité exemplaire de la nourriture. En revanche pensez à apporter votre tirelire cochonnet et son marteau ! L’addition est salée !

L’identité visuelle et gustative est partout. Le moindre détail a été mûrement étudié : nom, esthétisme, uniforme… L’intérieur est relativement rudimentaire. Le choix de la décoration est minimaliste. Elle est  limite oppressante avec ses murs intégralement noirs. Tables carrées en bois et tabourets, énormes tables communes avec bancs, coin salon avec des fauteuils club gigantesques dignes d’un patron du CAC 40. On est à deux doigts de se laisser pousser la barbe, d’acheter un MacBook et de se mettre à boire du Whisky avec des pierres dedans !

Le service se fait au comptoir par des serveurs (et serveuses aussi) en chemise à carreaux et casquette de Titi parisien. Vous choisissez votre burger au choix parmi 6 propositions (dont un saisonnier) ainsi que la cuisson de votre viande. Sur le principe, chaque burger s’articule autour :

  1. d’une barbaque (boeuf, poulet, veau)
  2. un fromage (tomme de Savoie, Raclette, Fourme d’Ambert)
  3. un légume (tomate séchée, oignon con